France trotting

15 novembre 2020

Un automne en Catalogne

Nous avons donc profité des vacances de la Toussaint pour faire un petit coucou à la famille dans les Pyrénées Orientales, au pied des Albères. Nous y sommes déjà souvent allés et la région nous est maintenant familière, mais c'était notre première fois en automne. Après avoir vu un hiver plein d'agrumes, des printemps presque estivaux et des étés écrasants, qu'allait donner l'automne ?

20201023_144251

Un peu comme chez nous sur la Côte d'Azur, la Catalogne française bénéficie d'un climat méditerranéen plutôt doux, plus doux même que notre région lors de notre séjour. Les moustiques étaient toujours bien présents alors qu'ils se font rares près de chez nous. En revanche, le ciel était plutôt couvert, un temps gris un peu pluvieux que j'avais rarement vu au pied des Albères. 

20201022_172136

20201024_155601 20201025_174616

Vignes et forêts viraient carrément au rouge, nous offrant une vue plutôt exotique : sur la Côte d'Azur, il y a comparativement très peu d'espèces d'arbres qui perdent leurs feuilles, y compris dans le Moyen Pays, et le paysage ne change pas tellement d'une saison à l'autre. Vue plus familière, la saison des agrumes commençait aussi dans le 66 et le clémentinier du jardin croulait sous les fruits (on ne s'est pas fait prier pour le délester un peu, cf. mon post précédent).

20201023_154827

Et voilà, je suis dans le Sud depuis suffisamment longemps pour distinguer deux paysages méditerranéens. Même l'odeur de l'air, pourtant toujours chargée du parfum des plantes méridionales, m'a paru différente !

Posté par Francetrotter à 16:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


08 novembre 2020

Provisions automnales

Il n'y a pas que les écureuils qui font des provisions en ce moment. Nous avons profité des vacances de la Toussaint pour aller faire un petit tour en famille dans les Pyrénées Orientales. L'occasion de refaire la désormais classique tournée des boutiques locales, amplifiée cette fois par la situation sanitaire qui se dégradait et la perspective d'un hiver à domicile : abbaye de Saint-Michel de Frigolet dans le Vaucluse (sirop, herbes, bières...), maison de l'amande en pays catalan (à nous les financiers cet hiver !), le tout complété par des achats de biscuits et confitures au rayon régional du supermarché local et par une abondante récolte de clémentines du jardin. A défaut de se promener, on voyage désormais par les papilles !

20201026_201644

Posté par Francetrotter à 22:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

04 novembre 2020

Bol d'air à la Valmasque

Je reprends avec un peu de retard une promenade automnale faite récemment, avant le reconfinement Covid bien sûr. Voilà un moment que j'avais envie d'aller faire un tour dans le parc naturel de la Valmasque. Situé au coeur de la technopole Sophia Antipolis, à 10 minutes de chez nous vers l'intérieur des terres, c'est à la fois un poumon à deux pas de la ville, un cadre verdoyant pour les nombreuses entreprises toutes proches et un endroit parfait pour une promenade du dimanche en famille.

20200927_121228

Il y avait d'ailleurs du monde ce dimanche là : familles venues pique niquer, enfants venus fêter un anniversaire, sportifs du dimanche, cyclistes... Le parc a tout pour plaire à un public large : des zones aménagées pour le sport et la détente (stades, aire de jeux pour enfants, chemin cimenté parfait pour qui, comme nous, possède une poussette...) côtoient des zones plus sauvages où les sentiers traversent les rivières et s'enfoncent dans les bois. Parfait pour notre petite balade automnale, même si la végétation méridionale ne laisse que peu de place aux feuillages caduques. 

20200927_121110

20200927_122558 (2) 20200927_114221

Je ne regrette qu'une chose : que la situation actuelle nous empêche d'y retourner à court terme. Nous avons mis trop de temps à nous motiver, et nous voilà assignés à domicile alors que la nature est si proche et si attirante...

Posté par Francetrotter à 10:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

31 octobre 2020

Abécédaire du voyage : P comme...

P était sans doute la lettre la plus compliquée à attribuer, car beaucoup de madeleines de Proust du voyage commencent par cette lettre. Après avoir longuement hésité avec le policier japonais (dont le costume lumineux avec bretelles et bâton était presque devenu un running gag de notre voyage) j'ai fini par opter pour le Poke, ce plat hawaiien traitreusement détourné en version minceur dans sa version française, à la mode depuis quelques années. Pour être honnête celui qu'on trouve chez nous reste bon, mais il n'a pas grand chose du plat populaire, sans chichis et sans légumes (ou presque) qu'on a tellement aimé manger là-bas. Ah, comme je rêve de pouvoir goûter à nouveau le californian roll poke de Hilo, acheté directement au port de pêche...

 

P

Sinon, j'avais déjà évoqué le poke dans un article dédié à la gastronomie hawaiienne : c'est ici.

Posté par Francetrotter à 15:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

19 octobre 2020

Abécédaire du voyage : O comme...

Pas de suspens, car il y avait peu de candidats pour cette lettre et le Onsen s'est démarqué d'office. J'en dirai peu ici car le sujet a déjà été largement abordé sur ce blog ici et

O

Je fais d'une pierre deux coups et en profite pour rendre hommage à un autre petit kiff de voyage, le gadget inutile. Le Japon n'a pas usurpé sa réputation en la matière et j'ai encore une quantité affolante de souvenirs de ce type à la maison...

Ce qui est intéressant avec la source chaude japonaise, c'est que même si ce concept (que dire ! cet art de vivre) est spécifique au pays du soleil levant, je me surprends à le retrouver ailleurs dans le Monde, y compris en France. Et voilà qui me donne envie de compléter ma collection de sources d'eau chaude naturelles. Depuis le temps que j'ai envie d'aller voir Saint-Thomas, dans les Pyrénées Orientales...

Posté par Francetrotter à 21:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


15 octobre 2020

Abécédaire du voyage : N comme...

Par deux fois, nous nous sommes retrouvés très loin pendant les fêtes de fin d'année. Deux Noëls au soleil bien différents, l'un en plein été austral et l'autre sous les tropiques. Et si à chaque fois le décalage entre la météo et le concept même de Noël était frappant, l'ambiance était radicalement différente selon le pays.

N

En Nouvelle-Zélande, on n'aurait presque pas pu deviner que c'était Noël si les restaurants n'avaient pas tous proposé des menus spéciaux (à prix prohibitif) avec pudding et crackers. Le 25 décembre, les familles faisaient des barbecues sur leur terrasse ou s'offraient une balade à cheval sur la plage. A Hawaii à l'inverse, tout le kitsch et la ferveur religieuse du Noël américain déferlaient : décorations de rues, maisons illuminées, vrais sapins (bonjour le bilan carbone), messages religieux et bien sûr débauche de chants de saison dans les boutiques. J'en avais déjà parlé ici et , mais voilà qui méritait bien un dessin. 

Posté par Francetrotter à 14:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

04 octobre 2020

Abécédaire du voyage : M comme...

Haha, un coup de baguette magique et hop ! Des sujets faciles pour ce blog en période de jonglage parental intensif. Je continue mon tour du Monde nostalgique avec la lettre M. Une lettre facile avec plusieurs candidats entre lesquels il a été difficile de choisir... Finalement c'est le mouton qui l'a emporté.

M

Ce bêlant animal fut un vrai fil rouge de notre traversée de la Nouvelle-Zélande. Omniprésent dans le paysage du Nord au Sud, il s'est révélé étonnamment photogénique, tant en troupeaux au pied d'un volcan qu'en solo façon Simba sur son rocher des Lion mais sur une colline verte fluo (l'herbe étant vraiment plus verte au pays du long nuage blanc). Le mouton égaré n'est pas un mythe non plus : si nous n'avons pas eu l'honneur d'apercevoir Shrek, nous avons pu constater que ces animaux ont un don pour sauter les clôtures et se prendre pour des vans sur les routes touristiques. Pas étonnant que les faits divers rapportent régulièrement des histoires de moutons retrouvés obèses de laine.

L'agneau a aussi égayé nos assiettes sous de multiples formes, ma préférée étant celui de l'Otago en pierrade. Je ne rentrerai pas dans le débat concernant l'utilité de la sauce à la menthe, héritage d'une gastronomie anglaise elle-même sujette à débat, mais préciserai que la purée de pommes de terre est un accompagnement presque obligatoire. Même si j'évite désormais d'acheter de l'agneau néo-zélandais (bonjour le bilan carbone), je garde une petite nostalgie de celui mangé à l'autre bout du Monde...

Posté par Francetrotter à 16:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

13 septembre 2020

Nouvelle arrivée

Je ne suis pas très active ici. Ceux qui suivent un peu ce blog (ou qui me connaissent) savent que la famille s'est agrandie depuis peu ! Comme on s'en doutait, s'occuper de deux enfants dont un nouveau-né est doublement chronophage et je n'ai plus beaucoup de temps pour compléter ce blog. Pourtant les sujets ne manquent pas et j'espère être de retour ici bientôt, dès qu'un rythme s'installera !

En attendant, j'illustre cet article avec des photos d'une balade estivale au port Vauban d'Antibes qui n'avaient pas trouvé leur chemin jusqu'ici. Bizarrement, on n'avait pas encore exploré le côté remparts du port depuis notre arrivée. Le cheminement très sympathique entre mer et port se termine face au fameux quai des milliardaires où les proportions des yachts sont carrément déraisonnables. Vu que cette promenade commence dans la continuité du vieil Antibes, c'est un incontournable pour tout visiteur de la ville.

20200714_152322

20200714_152249 20200714_152259

20200714_153137

Posté par Francetrotter à 17:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

12 août 2020

Légumes ensoleillés

J'ai déjà eu l'occasion d'en parler ici : je suis au régime légumes depuis quelques mois (et si tout va bien, je pourrai de nouveau me vautrer dans la malbouffe très bientôt, ce qui me va très bien aussi !). Après avoir enduré quelques mois à base de choux et d'endives, la saison des légumes d'été est enfin arrivée. Par chance, beaucoup d'entre eux sont cultivés dans la région et la gastronomie locale les met fortement à l'honneur. L'achat d'un livre de recettes niçoises et quelques recherches sur Internet ont fini de me convaincre de tester de nouvelles recettes, d'autant plus que beaucoup sont plutôt faciles à réaliser !

20200804_185246

Tout d'abord, une petite distinction : la cuisine niçoise n'est pas la cuisine provençale, même si les deux se ressemblent beaucoup et qu'elles cohabitent dans les Alpes-Maritimes : je ne rentrerai pas dans le débat pour savoir qui des deux a inventé la ratatouille, mais on peut couper historiquement le département en deux au niveau de la plaine du Var, entre la Provence à l'Ouest (historiquement française) et le Comté de Nice à l'Est, marqué par une imprégnation italo-ligure et savoyarde plus forte. Ce sont deux gastronomies à base de produits de la mer, d'ail, d'huile d'olive et de moult légumes car les populations n'étaient historiquement pas riches, et puisaient dans le potager. S'il faut leur trouver des différences, la cuisine niçoise met particulièrement la blette et la farine de pois-chiche à l'honneur : socca, panisses, tourte aux blettes (sucrée, si si !) et gnocchis verts (poétiquement baptisées merdes de chien) sont autant de spécialités de l'Est-06. 

20200720_203250

20200627_131337

Chez moi, j'ai pu tester la véritable salade niçoise : pas de haricots verts s'il vous plait, mais un mélange goûtu de poivrons, tomates, oeufs durs, radis et artichauts à assaisonner avec anchois (on a plutôt mis des câpres, j'espère que je ne serai pas poursuivie par l'esprit d'une mamie cuisinière niçoise en colère). L'omelette aux blettes ou "troucha" est aussi relativement facile à réaliser, même s'il faut trouver quelque chose à faire avec les côtes des blettes qui ne servent pas.

20200802_132649

Enfin, côté provençal, outre la ratatouille qui figurait déjà régulièrement au menu, la tarte provençale est devenue un must du dîner : poivrons, oignons et tomates dans une pâte feuilletée à précuire. J'ai envie de tenter le tian (légumes méditerranéens tranchés et rôtis au four dans un plat à gratin) mais les délais de préparation me font un peu peur... En bref, la cuisine méditerranéenne est un superbe terrain d'expérimentation pour qui aime (ou est obligé de consommer) les légumes du soleil. De quoi réconcilier beaucoup de monde avec les courgettes, aubergines, poivrons, oignons, tomates et autres gousses d'ail.

20200726_201739

Ah, le festival coloré d'une salade de tomates paysannes à la mozzarella...

Pour les curieux, voici quelques inspirations très locales ici et ici. Petit conseil perso : ne vous laissez pas avoir par l'apparent chauvinisme de la cuisine niçoise, partez du principe que les familles suivaient historiquement chacune leur recette en fonction de ce qu'elles avaient sous la main ! N'hésitez pas à adapter, les ingrédients de la cuisine méditerranéenne vont globalement bien ensemble et il est difficile faire un faux pas. Pour ce qui me concerne, la prochaine étape en matière de cuisine méditerranéenne sera sans doute la gestronomie italienne !

Posté par Francetrotter à 16:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

05 août 2020

Journée marine

Le Marineland d'Antibes est le genre d'endroit autrefois très plébiscité, aujourd'hui sous le feu de la critique. C'est vrai que les delphinariums sont des sortes de grands cirques où les animaux sont dressés pour donner des spectacles aux petits et grands, et les défenseurs du bien-être animal ont de quoi être remontés.

20200722_162254

Dans ce contexte, je n'étais pas plus pressée que ça d'y retourner, alors même que j'y ai quelques grands souvenirs d'enfance : c'était mon premier parc d'attractions ! Mais la sortie était tentante pour faire découvrir les animaux de la mer à mon fils de 3 ans, qui aime spontanément les aquariums, et lorsque j'ai reçu l'invitation d'une cousine je n'ai pas hésité longtemps. Alors, qu'est devenu le Marineland 25 ans après ?

20200722_104739

20200722_145831

20200722_151811

Les spectacles d'otaries, dauphins et orques restent au coeur du concept et les représentations rythment la journée de visite. Les animaux évoluent dans une musique plutôt too much (avis personnel) sous l'oeil attentif de leurs soigneurs et le bassin des orques est toujours aussi immense. Ce qui a changé par contre, c'est la pédagogie autour des animaux : comme si le parc se sentait obligé de se justifier, il y a énormément d'explications sur la vie des animaux dans le parc et le pourquoi du dressage. On apprend ainsi (au cas où on ne le saurait pas déjà) que tous les animaux ou presque sont nés en captivité dans des zoos, pour une partie au Marineland même. Des bébés continuent à naitre sur place, comme tout récemment des petits ours polaires et deux delphineaux. Les panneaux explicatifs et publicités sont presque tous axés autour du bien-être animal et de l'éducation à l'écologie.

20200722_113733 (2) 20200722_155219

20200722_155102

Outre les spectacles, le parc comporte plusieurs aquariums thématiques : tunnel à requins, tortues, manchots, poissons tropicaux... Qui, il faut l'avouer, ont beaucoup plus intéressé N. que les spectacles. Ce doit être une question d'âge et de temps maximum d'attention... Et de météo, car il faisait une chaleur caniculaire et il y a peu d'ombre dans le parc. Pour compléter le paysage, on trouve aussi de nombreux restaurants, boutiques, aires de jeux pour enfants qui donnent des excuses pour s'attarder sur place. En bref : le Marineland est une belle occasion de sortie à la journée pour les enfants. Mais pour en profiter pleinement il faut plutôt viser le début ou la fin de l'été, pour éviter les fortes chaleurs, et garder en tête que les spectacles intéresseront certainement les plus grands (4 ans et au-delà).

Posté par Francetrotter à 12:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,