France trotting

13 septembre 2019

Plages

L'été touche à sa fin, et nous allons de moins en moins à la plage. Heureusement, on peut dire qu'on en a bien profité jusqu'ici ! Encore novices dans la région, nous avons écouté les recommandations de nos voisins et amis et avons testé beaucoup de sites différents. L'avantage de la région antiboise, c'est que le littoral est très varié. A quelques kilomètres d'intervalle, on trouve des plages très différentes, qui se prêtent à différentes activités.

Du sable...

Les plages de Golfe-Juan et Juan-les-Pins sont faites d'un beau sable clair, très fin et idéal pour les châteaux de sable. L'eau n'est pas immédiatement profonde, et (grâce aux îles de Lérins qui viennent fermer la baie) les vagues sont presque inexistantes. En quelques mots : ces plages sont parfaites pour les enfants ! En contrepartie, leurs principaux défauts sont leur étroitesse, le monde qu'elles attirent et (comme pour presque toutes les plages du coin en fait) la quasi-absence d'ombre.

20190901_191510

20190831_184225

En haut : plage publique au niveau d'Antibes-les-Pins

En bas : plage de la Salis, l'une des seules plages de sable à l'Est du cap d'Antibes. Vue splendide sur Antibes garantie, un hotspot de l'apéro de plein air le soir.

Des galets...

Dès que l'on dépasse le cap d'Antibes, le sable est remplacé par des galets. Plats et stables entre Antibes et Villeneuve-Loubet, ronds et casse-figure au niveau de Cagnes-sur-Mer. La baie des Anges étant moins protégée des courants du large, les vagues sont souvent là. Il y a aussi souvent plus de profondeur, plus rapidement. Idéal pour une petite nage du soir ou un moment de jeu dans les vagues. Un avantage : ces plages sont pour partie hors des villes et on peut s'y garer un peu plus facilement.

20190725_195235

20190711_121254

En haut : la plage du Fort Carré se trouve juste en dessous dudit fort.

En bas : Villeneuve-Loubet a mis des parasols permanents à disposition des plagistes.

Des rochers...

Pour trouver des plages très photogéniques, il faut aller voir du côté du cap d'Antibes. Ici le littoral dévoile une succession de criques rocheuses plus ou moins adaptées à la baignade. Certaines ont de vraies petites plages de sable, et l'eau y est peu profonde, ce qui en fait des lieux très familiaux (et pourtant, les fonds sont souvent rocheux et peuplés d'algues et d'oursins - pas super pour laisser patauger les petits). Ce qui fait la force de ces plages, c'est le panorama. Vue sur l'Estérel, la baie des Anges ou le Golfe Juan et même tours en ruine font des cadres parfait pour une séance photo.

20190629_182108

20190629_190456

Photos prises à la plage des Ondes, avec sa tourelle en ruines (au fond sur la photo du bas - il faut vraiment que j'investisse dans un vrai appareil photo), mais il existe aussi la plage du Croûton, celle des Olivettes...

Posté par Francetrotter à 23:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


04 septembre 2019

Menton tropical

Il y a peu, je me trouvais de nouveau en centre-ville de Menton. La fête du citron est loin derrière et la dernière ville avant l'Italie vit à présent (même si c'est bientôt fini) à l'heure d'été. Les rues étant dégagées de tout décor carnavalesque, une chose m'a sauté aux yeux : la profusion de plantes tropicales. 

20190807_151131

Certes, la Côte d'Azur accueille déjà de nombreuses plantes exotiques : impossible de rater les palmiers notamment. Mais je n'avais pas encore vu de banyans ou de grands bananiers portant des fruits ! Menton aurait-il un climat particulier ?

20190807_172055 20190807_095235

Il paraît que oui. Le site de la ville le confirme, le fait qu'elle se situe dans une baie encaissée entre des montagnes plutôt élevées retient l'air humide de la mer et créé un substitut de climat subtropical. Il n'empêche que le résultat est plutôt impressionnant, et la végétation qui orne les espaces publics m'a plus rappelé Hong-Kong et Hawai'i que notre bonne vieille métropole. Il n'y a donc pas que les agrumes à Menton, c'est aussi une belle destination pour un dépaysement tropical facile sans alourdir votre bilan carbone !

Posté par Francetrotter à 23:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

31 août 2019

Une flèche dans la montagne

J'achève une petite série d'articles sur l'arrière-pays niçois avec une curiosité comme je les aime. Cette fois il s'agit d'une flèche. Une gigantesque flèche blanche aménagée (comment ? Des bâches, ou une réelle excavation sur la paroi ?) à flanc de montagne au-dessus de la Plaine du Var. Il paraît que par temps clair, on la voit depuis le bord de mer. 

20190810_103845

Renseignement pris auprès de collègues bien informés, cette flèche indique simplement... Un village. Celui de Bonson plus précisément, où se déroulle régulièrement le festival du Peu. Si cet événement dédié à l'art moderne fut le prétexte déclencheur de la mise en place de ce signal géant, d'autres usages en sont faits à l'année, comme celui d'indiquer que quelque chose se trouve ici, à flanc de montagne au dessus d'une vallée encaissée. Une superbe publicité pour sortir du lot quand on est un village perché pittoresque comme un autre. 

20190810_104449

Photos de qualité douteuse, car prises depuis une voiture. Il était difficile de s'arrêter sur cette route !

Du coup, cette flèche pose une intéressante question urbanistique : est-ce de l'art ou de la publicité ? Quel que soit l'interprétation de la chose, la règlementation locale (règlement de publicité, plan local d'urbanisme...) doit-elle avoir autorité concernant la modification durable et à grande échelle d'une zone naturelle ? En tout cas, voilà une image qui interpelle tant qu'elle reste une exception !

Posté par Francetrotter à 23:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

25 août 2019

Vacances sans surprises

Nouvelle vie oblige, nous n'avons pas eu de grandes vacances cet été. Heureusement, l'attrait de la nouveauté et la proximité de la plage ont permis d'atténuer (pour ne pas dire faire disparaitre) le manque. Nous avons cependant eu une petite occasion de sortie, 4 jours de weekend prolongé dans le Gard et dans les Pyrénées Orientales. Nos premières mini-vacances de sudistes !

20190815_124725

Parce que tout n'était pas absolument répétitif, nous avons fait une pause déjeuner à Villeneuve-lès-Avignon, petite ville historique où se trouve une belle guinguette campée en bord de Rhône.

Alors que je me demandais ce qui pourrait en ressortir pour ce blog, je me suis rendue compte que je n'avais pas de réelle nouveauté: nous avons simplement fait le tour de ce que nous aimons. Après un arrêt en chemin à l'Abbaye Saint-Michel de Frigolet pour refaire le plein de grenadine (oui, cette grenadine exceptionnelle mérite à elle seule un détour), nous sommes arrivés à bon port au pied des Albères. Ici encore, ce fut une tournée presque routinière : un petit tour à Laroque-des-Albères et sa fantastique maison de l'amande pour refaire les stocks, plusieurs autres à la plage d'Argelès. Nous avons passé notre tour en ce qui concerne le feu d'artifice colliouenc du 16 août (heureusement : une fusée mal lancée y a fait plusieurs blessés, gâchant quelque peu la fête). Au retour, nous avons même poussé le vice jusqu'à un petit détour par Sernhac dans le Gard.

20190815_144652

De là à dire que nos vacances sont devenues routinières, il n'y a qu'un pas... Peut-être que le fait de voyager en famille nous pousse à la répétition. Mais la destination a beau être la même, le voyage a changé. Partir du Sud pour arriver dans le Sud, en longeant la Méditerranée, modifie beaucoup de choses. Les étapes ne sont plus les mêmes, les tentations d'éviter l'autoroute sont un peu plus importantes. On se surprend à trouver des différences dans le climat et la végétation des régions visitées sur le chemin. Les héritages culturels de la Côte d'Azur, de la Provence, de l'Occitanie et de la Catalogne se distinguent plus que jamais. A bien se pencher dessus, l'identité méditerranéenne est plus complexe qu'elle n'y parait !

20190815_131300

Posté par Francetrotter à 17:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 août 2019

Pèlerinage d'altitude

Visualisez un village loin de tout, à 800 m d'altitude, sur un versant de montagne au dessus de gorges presque inaccessibles. On se demande ce qui a pu motiver des habitants à s'installer là, loin des routes commerciales, obligés de s'autosuffire là où la culture n'est possible qu'en terrasse.

20190810_145857

Et pourtant, il y a plus à voir à Utelle qu'un petit village d'altitude. La nature, déjà : aux portes du Mercantour, elle est partout. Des spectaculaires gorges de la Vésubie, voie d'accès obligatoire, au panorama donnant sur les versants sauvages des montagnes voisines, il y a une vertigineuse route à lacets. Ce n'est pas pour rien que le village est un point de passage du GR5, ce sentier qui traverse les Alpes françaises du Nord au Sud.

20190810_152220

20190810_163617

En bas : vous la voyez descendre, cette route à lacets ?

Et puis Utelle regorge d'églises. La cause ? Un pèlerinage catholique qui aurait débuté avant l'an 1000. Pas besoin d'être religieux pour apprécier cette particularité. L'église principale du village est étonnamment ouvragée pour une bourgade de ce type. Mais le lieu du pèlerinage est plus loin. Pour y accéder, il faut poursuivre l'unique route qui serpente hors du village en direction du sommet de la montagne (attention si vous y allez en voiture, la route est presque trop étroite pour un seul véhicule, alors imaginez ce qu'il se passe si vous croisez quelqu'un !).

20190810_115734

20190810_124718

L'église de la Madone d'Utelle se trouve ici, à près de 1 200 m d'altitude, dans un cadre naturel splendide, avec une vue panoramique du Mercantour à la mer. Si vous n'êtes pas porté sur la religion, vous apprécierez quand même probablement le petit café / boutiques attenant tenu par des semi bénévoles. Et surtout, peu de balcons d'altitude sont aussi faciles d'accès en voiture. J'ai honte de l'avouer, étant plutôt adepte de la randonnée, mais avec un bébé qui ne maîtrise pas encore totalement la marche en terrain accidenté nous avons baissé quelque peu nos ambitions en matière d'aventures montagnardes !

Posté par Francetrotter à 21:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


12 août 2019

Un avant-goût de l'arrière-pays

L'arrière-pays niçois est de réputation le coin secret des azuréens, l'endroit où ils s'enfuient quand la foule et la ville se font trop oppressantes. J'avais évidemment très envie d'aller y faire un tour ! Heureusement, les visites familiales de ces dernières semaines nous ont donné l'occasion de concrétiser ce projet.

20190804_121321

Pour ce premier tour, j'avoue que je ne savais pas par où commencer : l'arrière-pays niçois est un vaste territoire un peu chaotique organisé autour de la plaine du Var, la seule vallée d'importance, et de ses multiples petites ramifications - rien à voir avec les grands sillons alpins de Savoie et d'Isère. Défilés et gorges, virages en épingles et petits hameaux y sont légion. L'autre problème est que les villages de l'arrière-pays sont presque tous perchés et archi-pittoresques. Où donc aller voir en premier ?

20190804_113646 (2)

Nous avons jeté notre dévolu sur le petit village de Gilette, parce qu'il n'était pas trop enfoncé dans les Alpes et qu'il était le point de départ de plusieurs excursions intéressantes, des fois qu'on ait envie d'aller plus loin. Avec le recul, ce choix était judicieux : avec son organisation le long d'une arrête rocheuse et son château fort en ruines perché en surplomb au dessus des gorges de l'Estéron, Gilette ne manque pas de pittoresque.

20190804_114804 20190804_121328

Et surtout, il y régnait un calme aux antipodes des villages perchés de la côte (au premier rang desquels se trouve Saint-Paul de Vence) : quelques commerces et un penchant pour l'art(isanat) marqué, mais pas de vocation marchande ni touristique massive. Des familles qui mangeaient devant leur maison, dans la rue, des intérieurs coquets ouverts aux regards curieux, peu de monde. J'avais presque l'impression de déambuler dans le jardin de quelques privilégiés, même si ces derniers avaient l'air d'être des résidents de haute saison uniquement, venus de la côte ou de plus loin.

20190804_120549

20190804_121036

En haut : sympathique vue sur la Plaine du Var

Dans la droite ligne de ce qu'on m'en avait dit, l'arrière-pays m'est apparu comme une sorte de face B de la Côte d'Azur, aussi calme et confidentielle que le littoral est animé et clinquant. Si tous les villages sont aussi beaux que Gilette, nous avons de belles excursions en perspective !

Posté par Francetrotter à 14:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

07 août 2019

Juan-les-Pins l'été : art et foule

L'été s'est bien installé ici et la petite station balnéaire de Juan-les-Pins, endormie l'hiver et très calme au printemps, s'est réveillée comme se réveille un volcan. Etroites plages noires de monde, foule bronzée bigarrée, plages privées crachant les musiques du moment, soirées jet-set et bars animés dès la nuit tombée, yachts mouillant dans la baie... Juan-les-Pins ne semble jamais dormir. C'est aussi une saison riche en feux d'artifice et manifestations artistiques, en marge du célèbre festival de jazz. 

20190803_182557

Difficile d'apprécier vraiment cette saison quand on habite à côté et qu'on a goûté au calme de l'intersaison, mais il y a quelque chose de satisfaisant à voir cette ville occuper tout son espace, elle qui semble être dans sa coquille le reste du temps.

20190803_114322

20190803_191121

Posté par Francetrotter à 22:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

04 août 2019

Ca se passe à Nice

Je continue à faire l'expérience de Nice au quotidien. Force est de constater que son petit théâtre de la rue est au moins aussi intéressant que celui que m'offrait Paris. A moins que ça ne soit moi qui suis plus réceptive aux détails qu'avant ?

20190724_082626

20190801_085208 20190725_181428

20190724_175624

Posté par Francetrotter à 17:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

27 juillet 2019

Brèves sudistes d'été

L'été dans le Sud amène son lot de clichés : chant des cigales, baignades à la mer et glaces à gogo se profilaient à l'horizon alors que juin devenait juillet. Alors, que vaut l'été quand on est résidents de la Côte d'Azur ?

 20190727_193517 20190714_101531

Il fait chaud 

Même si nous navons pas vécu la canicule historique de la région parisienne (une raison de plus de ne pas regretter d'être partis), les températures grimpent facilement au delà des 28 degrés y compris la nuit et nous avons dû apprendre à vivre avec la chaleur. Après une ou deux semaines de tâtonnements nous avons trouvé notre rythme : c'est une question d'ouvrir et fermer les bons volets / fenêtres en fonction des heures de la journée.  Nous sommes passés maîtres dans l'art de provoquer un courant d'air. Comme ce n'est pas simple en travaillant toute la journée à l'extérieur, nous avons dû ajouter quelques ventilateurs à ce système...

20190727_144133

En contrepartie, les orages sont dantesques

Il y a du monde 

On la sentait venir, voici la haute saison touristique. Notre résidence et sa piscine se sont remplies de vacanciers présents au mois ou à la saison. Les bouchons des pendulaires sont remplacés par les bouchons des plagistes. En parlant des plages, il faut y aller tôt ou tard dans la journée si l'on veut trouver facilement un emplacement. Sur ce dernier point, pas de problème : on évite de toute façon de sortir pendant les heures d'ensoleillement maximum.

20190701_091947

Equipement complet, chien inclus

On se baigne

Evidemment. Cela ressemble à des vacances, à un rythme différent : la baignade n'est pas un rituel quotidien mais une opportunité du soir et du weekend, en fonction des conditions météo et de la motivation. J'ai notamment découvert les charmes d'un apéro pieds dans le sable en rentrant du travail : le soir venu, les plages deviennent le royaume des tables pliantes, des glacières et des barbecues. On y bavarde et on s'y baigne en famille, entre amis ou entre collègues. 

20190529_170521 20190725_195318

Je ne sais pas si l'été sera ma saison préférée ici. Mais il a un immense avantage : pour la première fois depuis très longtemps, je bronze ! L'exposition par intermittence mais régulière, tôt et tard dans la journée, semble être la meilleure méthode pour prendre des couleurs en douceur. Aucun coup de soleil à l'horizon. Un luxe d'autochtone.

Posté par Francetrotter à 23:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

23 juillet 2019

La gare du Sud passe à table

Depuis quelques mois, l'ancienne Gare du Sud de Nice vit une seconde vie sous la forme d'une grande halle alimentaire. Et pourtant, elle arrive de loin : fermée au début des années 1990, il n'en restait plus qu'un fronton et une charpente qui abritait (si on veut) un parking.

20190606_133452

J'ai eu la chance d'y aller récemment, et j'ai constaté que sa rénovation rend honneur au patrimoine. L'ancienne salle des pas perdus a un cachet qu'on dirait d'origine, elle cache l'entrée d'une médiathèque. Quant à la grande halle reconstruite sur la charpente d'origine, elle accueille une halle de restauration du type que l'on trouve dans les grandes métropoles jeunes, touristiques et internationales. Le canon de ce modèle est le Time Out Market de Lisbonne (personnellement jamais vu) mais d'autres villes ont créé ou tentent de créer le même type de structure, comme Rotterdam avec son Grote Markt (en photo ici). On en trouve encore peu en France, c'est donc un vrai bonus pour Nice !

20190606_134317

Le leitmotiv de ces "marchés" ? Attirer des touristes au moins autant que des habitués, et proposer de la restauration bien avant de l'alimentaire (ce sont en fait des halles de restauration bien plus que des marchés). Témoignage de ce caractère international, les tables de la Gare du Sud sont mutualisées à la façon d'un food court, un modèle qui peine pourtant traditionnellement à se développer en France. Parmi les stands disponibles autour de ces tables, des spécialistes thématiques (cuisine du monde, homard...) mais aussi des enseignes régionales comme la maison du citron de Menton. 

20190606_133650

20190606_133904

Ce qui est dommage, en revanche, c'est que la gare est relativement à l'écart des secteurs touristiques de la ville. Si le tramway s'y arrête et que la ligne Nice-Digne part de ce quartier, il faut quand même compter près de 10 minutes de marche depuis la gare, dans la direction opposée au centre-ville.

Posté par Francetrotter à 22:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,