France trotting

12 novembre 2018

Quitter Paris : liste des lieux que je ne visiterai pas (tout de suite)

Quitter la région parisienne me met d'humeur à faire des listes. Jour après jour, je complète celle des lieux que je voulais visiter depuis longtemps mais que je ne pourrai certainement pas voir avant de partir, basse saison et préparatifs du départ obligent. Petite checklist non exhaustive !

20170522_083451

Question sites historiques je n'ai toujours pas vu le château de Fontainebleau, ni sa forêt très réputée, ni la ville du même nom. Mais il faut dire qu'avec 1h30 de route depuis chez nous c'était une vraie expédition, même sans enfant... Autres manques : les châteaux de Chantilly et Blandy-les-Tours (un vrai regret pour ce dernier, que je cherchais à voir depuis un bon moment).

Je voulais aussi visiter un peu plus de parcs d'attractions et autres destinations familiales maintenant que nous avons un enfant à qui faire découvrir le monde. J'avais très envie de retourner voir l'aquarium Nausicaa 10 ans après ma dernière visite, ou de visiter le parc des félins de Nesles en Seine-et-Marne. Ce sera pour plus tard, peut-être à la faveur de weekends en famille !

Et en parlant de weekends, il sera désormais beaucoup plus difficile de visiter les régions limitrophes de l'Ile de France : adieu projets de weekends autour d'Epernay (une ville que j'avais beaucoup aimée lors de mes passages coup-de-vent professionnels), du bassin minier (depuis le temps que le Louvre Lens me faisait de l'oeil !) et du Havre / Etretat (région où je suis née, mais dont je n'ai aucun souvenir)... Mais ceux-ci étaient de toute façon en stand-by depuis un an. Et que dire de la Bretagne, cette grande oubliée de mon palmarès de francetrotter, qui sera désormais la région française la plus éloignée de chez moi ?

J'ai un peu moins de regrets en ce qui concerne les visites dans Paris. J'estime avoir fait le tour de ce qui m'intéressait le plus dans la capitale, quite à y retourner (je pense au musée du Quai Branly notamment, ou au musée Guimet). Il me reste un petit regret autour du Louvre où je ne suis pas allée depuis... Heu, je crois que j'étais étudiante. Et puis N. grandissant, j'aurais aimé l'amener visiter les différents départements du Museum d'Histoire Naturelle (son zoo, sa collection d'animaux empaillés, ses squelettes de dinosaures...). Enfin, si nous arrivons à aller au sommet de la Tour Eiffel d'ici janvier ce serait parfait : je pense que c'est le plus gros must-see parisien qui manque à mon palmarès !

Posté par Francetrotter à 22:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


04 novembre 2018

On bouge !

Grosse nouvelle de notre côté : on va déménager ! Non, nous ne partons pas dans la ville d'à côté pour chercher un appartement plus grand - quoique ce projet nous serait certainement venu au bout d'un moment... Début 2019, nous changeons de région ! Direction la Côte d'Azur, à l'extrême Sud-est de la France. 

P1160105

Photo non contractuelle - au quotidien la région n'est certainement pas toujours comme ça !

A l'origine de cette décision il y a eu un projet professionnel. N'étant pas originaire de région parisienne, je ne me voyais pas y rester éternellement, mais ne m'attendais pas non plus à ce que les choses bougent si vite. Mais cette occasion arrive opportunément dans nos vies tant professionnelles que familiale, ce qui nous a aidé à relativiser la prise de risque (et puis zut, on n'a qu'une vie !).

Voilà, il va y avoir beaucoup de neuf sur ce blog l'an prochain. En attendant notre projet met joliment en perspective ma routine francilienne et je profite plus intensément de ma vie actuelle, maintenant qu'elle a une date de fin. Voilà qui devrait aussi alimenter quelques articles ici-bas. 

Posté par Francetrotter à 23:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 octobre 2018

Grand matsuri, grande foule

On profite de l'été indien pour faire nos dernières promenades de la saison. Le weekend dernier, nous avons bravé le RER et le métro avec poussette (qui l'eut cru ? Ce n'est pas commode du tout !) pour nous rendre dans LE lieu de sortie familial des parisiens : le Jardin d'Acclimatation.

20181021_142635

Ma première et unique visite (jusque là) datait d'il y a une dizaine d'années. Je me souvenais d'un joli parc d'attractions très familial dans un cadre plutôt naturel (même s'il ne bat pas son concurrent vincennois côté nature), et c'est toujours le cas. Les grands classiques étaient toujours là : ferme et animaux à nourrir, toboggans et autres espaces de jeux, petit train et jardin coréen. La rénovation inaugurée tout récemment a même étendu la zone de manèges, toujours dans un esprit de fête foraine délicieusement rétro, avec un vernis steampunk des plus plaisants. Autre nouveauté, la fondation Louis Vuitton (je suis en forme avec les liens hypertextes !) qui projette son ombre imposante sur le jardin. En fait le principal changement ne venait pas de l'environnement mais de nous, qui sommes venus en famille. Avec un bébé on ne se promène plus de la même façon : finis les manèges à sensations, à nous le temps passé avec les animaux de la ferme et la promenade au rythme de la sieste !

20181021_143411

20181021_144707

Mais trève de comparaisons. Nous sommes venus cette fois car le Jardin proposait tout le weekend des animations sur le thème des masturis, ces fêtes traditionnelles japonaises qui avaient été l'un des souvenirs marquants de notre voyage nippon il y a quelques années (j'en parle notamment ici et ). La promesse était alléchante : exposition de palanquins, défilés et processions issus de quelques très célèbres festivals, village avec snacks typiques... Dans les faits, nous n'en avons pas vu grand chose ! Ce n'était pas une question de mauvais timing, mais un problème de monde. L'événement étant concentré sur 3 jours uniquement, en période de vacances scolaires, nous avons dû fendre la foule avec une poussette, ce qui n'était pas commode du tout. Du même coup, mes photos ne sont pas fantastiques. 

20181021_152605

20181021_152143

20181021_154218

Outre le char en début d'article, voici ce que j'ai photographié de plus exotique : l'arrière d'une procession, un furoshiki géant et des drapeaux-carpes Koï.

Au final, j'ai aimé revenir au Jardin d'Acclimatation pour profiter de son ambiance rétro et de ses attractions pour les enfants... Mais je me dis que nous en aurions d'autant plus profité en dehors de ce weekend Matsuri, avec un peu moins de monde. 

Posté par Francetrotter à 23:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

21 octobre 2018

A vélo sur la Côte d'Or

Ca y est, j'ai compris pourquoi la Côte d'Or s'appelle ainsi. Je m'étonnais qu'aucun cours d'eau ne porte ce nom (avez-vous aussi remarqué que presque tous les départements portent le nom d'une rivière ou d'un fleuve ?), mais c'est parce que lorsque les départements furent créés les éminences grises ont ici décidé de mettre le vin à l'honneur. Le coteau de Bourgogne plus précisément, qu'on ne peut manquer quand on fait un tour du côté de Beaune.

20181007_155113

20181007_144536

Et c'est à l'occasion d'un nouveau weekend de ce côté de la France que j'ai pu découvrir le vignoble bourguignon dans toute sa splendeur automnale. Une côte d'or au sens propre du terme ! Pour en profiter pleinement, nous sommes partis à vélo découvrir le coteau.

20181007_144106(0)

Que dire, sinon que l'expérience fut doublement gratifiante ? Les paysages splendides, plus la découverte de la superbe véloroute aménagée tout spécialement pour la petite reine entre Beaune et Santenay. Pour la première fois depuis les Pays-Bas (et ça date : 11 ans déjà !), j'ai eu le plaisir de pédaler sur une voie toute aménagée réservée aux vélos. Aucun véhicule motorisé à l'horizon mis à part les rares déplacements des viticulteurs, car la voie emprunte d'anciens chemins ruraux. 

20181007_151337

20181007_154903

L'itinéraire est simplement parfait. Il sinue de vignobles en villages : les premiers spleindides dans leur robe automnale, les seconds pittoresques quand ils ne sont pas mythiques. Parmi les pauses, nous avons pu visiter le magnifique château de Pommard et le petit village de Meursault, où furent tournées des scènes cultes de La Grande Vadrouille (j'avais déjà eu l'occasion d'en parler ici et , et je récidive car ce film figure à mon panthéon !).

20181007_160727

20181007_180100

20181007_180144

En haut : reconnaissez-vous l'hôtel de ville de Meursault ? Il accueilliit la scène de la Kommandantur dans a Grande Vadrouille...

Nous n'avons pas fait le chemin jusqu'au bout, mais nous étions une dizaine, avec des enfants dont certains étaient sur des vélos et d'autres tirés dans une charette, et l'expérience fut suffisamment mémorable. C'est là le génie de cet itinéraire : même si la route monte et descend, il reste accessible au grand nombre (y compris aux familles) et même sans aller jusqu'au bout on profite d'un excellent aperçu de la culture vigneronne du pays beaunois. Alors si vous passez en Bourgogne à l'automne (ou plus généralement à la belle saison), vous savez ce qu'il vous reste à faire ! 

Posté par Francetrotter à 21:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

18 octobre 2018

Une heure à pied en entrée de ville

Ah, les zones commerciales d'entrée de ville, espaces de non-droit esthétique accusés d'enlaidir à eux seuls notre beau pays par un célèbre article de Télérama... Sans vouloir raviver la polémique, j'ai récemment vécu une plongée involontaire au coeur de l'entrée de ville de Meaux. 

20180828_111229

A l'origine de cette expérience, un contrôle automobile et une heure à tuer autour de la concession en attendant que ma voiture me soit rendue. Etant à pied, trop loin du centre-ville et limitée par une voie rapide, j'ai décidé de tuer le temps en me baladant dans la zone commerciale. Premier constat : je n'en suis pas morte et l'expérience était moins déplaisante que je ne l'aurais prédit. La laideur ne tue pas !

20180828_105135 20180828_110601

De parkings en trottoirs, de routes de quartier en ruelles de livraisons défoncées, j'ai découvert une grande diversité de paysages (et de fonctions) dans un tout petit périmètre. Quand on n'est pas en voiture, l'espace n'a plus autant de sens : les entrées des commerces font face aux arrières des autres, une rue tranquille isole des maisons de zones de livraison pour camions... Et je n'étais pas si seule à ne pas avoir de voiture : un homme se reposait sur l'herbe contre la voie rapide, un bouc broutait tranquillement l'herbe dans un terrain vague voisin...

20180828_110501

En fait, les entrées de ville sont très dépaysantes quand on a l'habitude de se promener dans des lieux pittoresques. Sans voiture, on se sent étranger en exploration dans un autre pays. Pourquoi voyager loin ? Démocratisons les balades en France moche ! 

Posté par Francetrotter à 23:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


14 octobre 2018

Tartes aux myrtilles

Je termine le rattrapage de l'été avec une réflexion hautement régionale et potentiellement polémique. Son sujet ? La tarte aux myrtilles. Plusieurs régions montagneuses en France ont fait de la myrtille une spécialité locale : Vosges, Auvergne... Et bien sûr les Alpes. 

20180825_105505

J'ai grandi avec une grand-mère qui faisait une tarte aux myrtilles si renommée que les oncles et tantes, cousins et cousines venaient en nombre quand il y en avait : une tarte sur la table, deux dans le four, les visiteurs allaient et venaient, tout le monde souriait de dents bleues. L'événement était lancé par une cueillette dans la montagne, ou par la décongélation d'une partie du stock de l'été passé, mais tout était issu de cueillette.

20180825_111835

J'ai découvert cet été que les cantalous faisaient une tarte à la myrtille complètement différente de mon souvenir : tout était aussi cueilli dans la montagne (en théorie du moins), mais la tarte que j'ai goûtée consistait en une pâte sablée, et des myrtilles posées dessus. Et c'est tout. J'avoue ma déception lorsque le dessert est arrivé ! La tarte de ma grand-mère était très différente. Son secret ? Un flan, dans lequel on fait baigner les myrtilles encore congelées juste avant d'enfourner. Les myrtilles colorent le flan en bleu et l'ensemble a une épaisseur, une douceur qui m'ont manqué dans la version auvergnate testée. Nostalgie, recette savoyarde plus élaborée ? je ne saurais dire ce qui fait pencher la balance, mais j'ai adoré redécouvrir la recette savoyarde en famille cet été ! (les photos de cet article viennent de cette redécouverte)

20180825_121254

Posté par Francetrotter à 23:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

09 octobre 2018

Les crocodiles et la centrale

Comment couper un trajet d'autoroute trop long pour un enfant impatient ? Si vous vous trouvez coincé dans cette situation dans la vallée du Rhône, zone de bouchons par excellence qui plus est, pensez Ferme aux Crocodiles !

20180822_112641

20180822_111723 20180822_114430

Située au niveau de Pierrelatte, pas loin de Bollène, cette immense serre abrite une grande variété de... Crocodiles, comme son nom l'indique. Si vous trouvez qu'un croco en vaut cent sachez que la promenade vaut aussi le coup pour ses plantes tropicales, ses tortues géantes et ses oiseaux qui volent librement au dessus des visiteurs. Si vous aimez les animaux, vous serez ravis d'apprendre tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les crocodiles, aligators, caimans et autres gavials. C'est aussi un endroit parfait pour les enfants avec ses aires de jeux élaborées (dont l'une au milieu des cages des tortues !) et ses petit quizz ludiques tout au long du chemin. 

20180822_113408

20180822_123234

Des crocodiles à toutes les sauces, jusque dans la boutique

Mais ce n'est pas tout : cette ferme a une particularité, elle profite de la proximité de la centrale nucléaire du Tricastin toute proche pour s'alimenter en eau chaude, l'eau étant tout simplement issue des circuits de refroidissement. Ou comment une industrie (qu'elle soit controversée importe peu) alimente une infrastructure de loisirs... J'adore l'anecdote !

20180822_111111

Non, ce crocodile n'a pas abusé des eaux de rejet de la centrale... Il est naturellement albinos ;)

Posté par Francetrotter à 23:28 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

02 octobre 2018

Shopping chez les moines

Voilà du tourisme comme je l'aime. Cette année, de passage dans le Gard, nous avons passé un bout de matinée à l'abbaye de Saint-Michel de Frigolet. Ce complexe religieux se trouve aux portes de la Provence, du coté de Tarascon, au bout d'une route perdue au milieu des pins. Le lieu en lui-même se visite. On peut notamment y admirer une architecture sympathique, des rues intérieures et plusieurs chapelles plus ou moins richement décorées.

20180821_113930

20180821_114438

Mais je dois avouer que nous étions surtout là pour visiter la boutique. En effet les moines de Frigolet fabriquent plusieurs spécialités, dont des alcools fort goutus (bière de tradition trappiste, élixir et même un excellent pastis !) qui méritent le détour. La boutique propose aussi un medley de produits en provenance de diverses abbayes en France incluant des savons et produits de beauté, des huiles, des gâteaux, de la farine et bien sûr l'incontournable rayon livres religieux et ses goodies... Comment dire... Bien dans leur style.

20180821_115022

20180821_115213

Sans être à fond dans la religion, j'aime les boutiques d'abbaye : les produits sont la plupart du temps artisanaux et locaux. C'est un excellet moyen de ramener de vacances un souvenir qui n'encombrera pas d'étagère mais qui viendra remplir nos estomacs ou trouver sa place dans la salle de bains. Des achats utiles et responsables, qui mettent en valeur un savoir-faire ancestral, que demander de plus ?

20180821_120713 20180821_115401

Posté par Francetrotter à 23:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

24 septembre 2018

Authentique Sernhac

Ah, enfin. Après 7 ans sans y passer nous avons pu faire un arrêt dans le Gard. Ce coin de France où j'ai passé un bout de mon adolescence est idéalement situé pour faire des visites de toutes sortes, que ce soit rando, plage, beaux villages, châteaux ou ruines romaines. Mais il est trop éloigné des implantations familiales pour justifier un arrêt systématique...

Notre lieu de résidence pour cette fois : le petit village de Sernhac.

20180820_183230

Il se trouve à deux pas du pont du Gard, dans la grande banlieue de Nîmes, mais à part cette situation privilégiée il n'est pas particulièrement connu. Et pourtant c'est un très beau village adossé à son coteau, tout de pierres jaunes vêtu et offrant son dédale de ruelles historiques à qui veut bien s'y perdre. Seulement dans cette région riche en patrimoine culturel ce n'est pas le plus remarquable, et cela suffit à l'éloigner des principales routes touristiques. 

20180820_190740 20180820_191747

Du même coup, c'est le calme et la vie locale que l'on ressent pleinement en y faisant un tour. Pas de galeries d'art tous les 10 mètres ni de foule de visiteurs, mais deux ou trois commerces de proximité qui vivotent et des voisins assis sur leur banc pour profiter de la fraicheur du soir. Une autre idée du Sud !

20180820_191444

Posté par Francetrotter à 22:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

21 septembre 2018

Feu d'artifice colliourenc, version été

Le feu d'artifice de Collioure est très réputé. Il est tiré peu de fois dans l'année, notamment au nouvel an et pour clore les fêtes de la Saint-Vincent, autour du 15 août. Nous avons profité de notre passage dans le coin pour tester la version été, plus de 3 ans après avoir testé celui du nouvel-an (cet article a donc un jumeau hivernal !).

20180816_220044

Le feu d'été est aussi splendide que celui d'hiver, avec certes beaucoup plus de monde. Tellement en fait que nous avons fait la route à pied depuis le Racou, du côté d'Argelès, pour ne pas nous retrouver sans place de parking et risquer de rater le spectacle. Le chemin en lui-même était un plaisir, passant au milieu des campings dans le soleil couchant (le retour dans le noir fut un peu plus épique, avec des passages de sentier caillouteux, mais c'est une autre histoire).

20180816_212534

20180816_215422

Revenons au feu : la configuration de la ville, lovée au fond d'une baie encaissée, se prête aux sensations fortes. Les pétards sont tirés de l'extrémité de la baie, et les fleurs de feu éclatent littéralement au dessus de nos têtes, envoyant des étincelles jusque dans les arbres. Avec à la clé 20 minutes de plaisir et de frissons qui valent largement le dérangement !

20180816_220658

Posté par Francetrotter à 20:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,