Paris_Map

Le 59, rue de Rivoli est un immeuble redoutablement bien placé dans la capitale. Le genre de foncier qui vaut cher car il donne sur l'une des grandes artères commerciales de Paris, entre les deux extrémités de l'un de ses plus grands hubs métros, Châtelet-les Halles. Et pourtant, ce n'est pas un immeuble de bureau ni d'appartements de standing : c'est un squat d'artistes. 

Ce que j'aime dans ces squats (j'en ai en fait une toute petite expérience, surtout tirée d'un vieux weekend à Berlin), c'est le côté très vivant et décomplexé de l'art : ici on ne s'exprime pas que sur du papier ou des toiles, l'immeuble lui-même, du sol au plafond, est un support. Les traits et les couleurs ne sont pas les seuls modes d'expression : ici on sculpte, on modèle, on coud, on mélange les techniques. C'est un peu un rêve d'artiste, un fantasme d'enfant à qui on laisserait plein de peinture et le droit d'en mettre partout.

DSC_0041

DSC_0048

DSC_0047

Le "mais" vient de l'emplacement. Ici c'est Paris, Paris hypercentre même, et la pression immobilière comme l'exposition touristique ne peuvent pas ne pas laisser de traces. Les places doivent être chères, pas forcément attribuées au mérite (si on peut parler de mérite avec quelque chose d'aussi subjectif que l'Art, bien sûr)... En tout cas tout cela se fait peut-être au détriment d'une certaine authenticité / humanité. J'ai souvenir d'une visite d'usine squattée à Lagny-sur-Marne où le contact humain était plus facile, plus enrichissant que ce que j'ai pu vivre en une petite demi-heure au 59, Rivoli.

DSC_0044