A chaque tempête de neige en Ile-de-France, c'est le même schéma. Omniprésence télévisuelle, files de voitures abandonnées le long des routes, réseaux sociaux saturés de photos de balcons ou jardins sous une quantité de givre qui fait rire tous les montagnards (et je ne parle pas des cousins canadiens)...

20180208_090053

20180208_091545

20180208_091408

Car oui ! C'est un mélange explosif de rareté (la dernière grosse chute doit remonter à 5 ans), de citadins désobéissants (ils savent que les routes seront difficilement praticables le soir et pourtant ils vont travailler) et d'absence d'équipement (et malgré tout je remercie ma ville ne ne pas avoir financé de chasse-neige avec mes impôts pour qu'ils servent deux fois par décennie), le tout appliqué à la région la plus densément peuplée de France, qui créé finalement des moments dont on aime se souvenir. Du moins pour ceux qui ont la chance de pouvoir rester au chaud et que notre maison n'a pas pris l'eau avec la crue récente de la Seine. Cet hiver cumule les aléas...