Lorsque je viens dans les Pyrénées Orientales, je ne manque presque jamais de faire un tour à Laroque-des-Albères (j'en avais déjà indirectement parlé ici et ). Ce village niché au pied des montagnes du même nom est déjà ultra-mignon avec ses ruelles en colimaçon, son vieux château qui surplombe la plaine et ses petites maisons de ville où on se sentirait bien passer quelque temps. Mais au-delà des vieilles pierres, Laroque regorge de jardins secrets.

20180818_103240

Le premier jardin est en fait un patchwork de jardins privés qui occupe un vallon au pied du village. Ce n'est pas grand, mais en le traversant à pied on est transportés quelque part entre la Comté et un pays de cocagne où poussent toutes sortes de fruits et légumes que seul le Sud sait produire aussi bien : tomates et haricots, cerises, grenades et vignes. Hélas selon une riveraine croisée cet été les jardins tombent lentement à l'abandon faute de repreneurs. Mon conseil : si vous visitez le coin, dépêchez vous de passer !

20180818_115238

20180818_102731

20180818_102838

Le deuxième est une forêt calme qui commence à la sortie du village côté Albères. La dernière rue se transforme en sentier, une porte d'entrée vers de nombreux itinéraires de randonnée. Pour les paresseux (et les familles) il y a aussi des itinéraires courts, juste au dessus du village, où l'on croise notamment un ancien moulin perdu dans la végétation, avant de longer un petit canal d'irrigation qui donne aux lieux un faux air de Madère (ou de canal de Beauregard pour ce que j'en sais), pour aboutir à une source minérale ou, pour ceux qui vont au-delà des balises, à cette série de petites cascades au milieu de la forêt.

20180818_112109

 

P1120905 

En bref, les jardins de Laroque sont de petites pépites parfaites pour un tour d'une heure ou deux, et je suis plus ou moins certaine qu'ils seront au menu de mon prochain passage dans la région !