Ca y est, j'ai compris pourquoi la Côte d'Or s'appelle ainsi. Je m'étonnais qu'aucun cours d'eau ne porte ce nom (avez-vous aussi remarqué que presque tous les départements portent le nom d'une rivière ou d'un fleuve ?), mais c'est parce que lorsque les départements furent créés les éminences grises ont ici décidé de mettre le vin à l'honneur. Le coteau de Bourgogne plus précisément, qu'on ne peut manquer quand on fait un tour du côté de Beaune.

20181007_155113

20181007_144536

Et c'est à l'occasion d'un nouveau weekend de ce côté de la France que j'ai pu découvrir le vignoble bourguignon dans toute sa splendeur automnale. Une côte d'or au sens propre du terme ! Pour en profiter pleinement, nous sommes partis à vélo découvrir le coteau.

20181007_144106(0)

Que dire, sinon que l'expérience fut doublement gratifiante ? Les paysages splendides, plus la découverte de la superbe véloroute aménagée tout spécialement pour la petite reine entre Beaune et Santenay. Pour la première fois depuis les Pays-Bas (et ça date : 11 ans déjà !), j'ai eu le plaisir de pédaler sur une voie toute aménagée réservée aux vélos. Aucun véhicule motorisé à l'horizon mis à part les rares déplacements des viticulteurs, car la voie emprunte d'anciens chemins ruraux. 

20181007_151337

20181007_154903

L'itinéraire est simplement parfait. Il sinue de vignobles en villages : les premiers spleindides dans leur robe automnale, les seconds pittoresques quand ils ne sont pas mythiques. Parmi les pauses, nous avons pu visiter le magnifique château de Pommard et le petit village de Meursault, où furent tournées des scènes cultes de La Grande Vadrouille (j'avais déjà eu l'occasion d'en parler ici et , et je récidive car ce film figure à mon panthéon !).

20181007_160727

20181007_180100

20181007_180144

En haut : reconnaissez-vous l'hôtel de ville de Meursault ? Il accueilliit la scène de la Kommandantur dans a Grande Vadrouille...

Nous n'avons pas fait le chemin jusqu'au bout, mais nous étions une dizaine, avec des enfants dont certains étaient sur des vélos et d'autres tirés dans une charette, et l'expérience fut suffisamment mémorable. C'est là le génie de cet itinéraire : même si la route monte et descend, il reste accessible au grand nombre (y compris aux familles) et même sans aller jusqu'au bout on profite d'un excellent aperçu de la culture vigneronne du pays beaunois. Alors si vous passez en Bourgogne à l'automne (ou plus généralement à la belle saison), vous savez ce qu'il vous reste à faire !