Venir habiter dans une région où j'allais en vacances quand j'étais enfant, voilà quelque chose de bizarre. Je recroise souvent, très souvent même, des lieux qui avaient une toute autre signification pour moi à l'époque. C'étaient les vacances à la mer, leur routine plage-promenades-bons repas en famille élargie. 

20190310_114426

LA plage

Par exemple la plage où nous allions tous les jours est à une petite demi heure à pied de chez nous. Les établissements privés qui occupaient les trois quarts de l'espace ont disparu, peut-être parce que la haute saison n'a pas encore commencé, ce qui donne une impression d'espace assez étonnante (je me souviens que nous rentrions au chausse-pied entre les serviettes des voisins).

20190214_112128

Pas très loin se trouve Antibes les Pins, ce quartier au look discutable construit dans les années 90 en partie sur les terrains de la maison familiale (nous avions alors migré vers Vallauris, la ville voisine). En revanche je dois avouer que le parc Exflora, aménagé en même temps entre Antibes les Pins et la mer, est un espace vert très appréciable pour la piétonne que je suis dans cette ville si dense.

20190220_112007

Juste à côté, le vieux parc des Eucalyptus où j'ai quelques souvenirs de promenades existe encore, et c'est à mon tour d'emmener mon fils jouer sur ses toboggans. Tout comme à la Pinède de Juan-les-Pins, un autre haut lieu de mon enfance. Curieuse sensation que celle d'écrire mon histoire familiale sur un vieux terrain connu.... Comme les écrivains qui s'inspirent inconsciemment de ce qui a déjà été écrit, je pratique le palimpeste sur ma propre vie !