L'île d'Yeu n'était pas prévue dans notre long weekend, mais on nous l'a vendue comme le plus beau coin de Vendée, et puis des bateaux partaient de St Gilles où nous étions. Une visite au guichet de la Compagnie Vendéenne a achevé de me convaincre : l'île a tout pour attirer la curiosité, avec des promesses de littoral sauvage et d'éloignement (c'est l'île française Atlantique la plus éloignée du continent. Petit record, mais record quand même).

P5114877

Nous voilà donc pour une heure dans le bateau direction Port-Joinville, le village principal de l'île. Nous y débarquons en même temps que de nombreux visiteurs à la journée car il est globalement compliqué de séjourner ici, faute de vraie offre hôtelière. Sur le coup, je me dis que nous allons passer une journée dans la foule comme à Noirmoutier... Mais les flux se dispersent assez vite sur les routes et chemins et nous allons en fait trouver une tranquillité difficile à croire à l'arrivée.

P5114947

P5114852

Nous-mêmes passons assez peu de temps dans le chef-lieu, impatients que nous sommes d'arpenter les chemins de ce petit bout de terre au milieu de l'océan. Et la campagne tient ses promesses : les vieilles voitures sont légion, les champs ont un air de bocage et les villages des noms bretons (mention spéciale à Ker Chauvineau). On se croirait dans un Tintin.

P5114935

P5114880

L'impression se confirme au vieux château, qui a tout de l'Île Noire (d'ailleurs on me confirme dans l'oreillette que ce monument est soupçonné d'avoir inspiré Hergé). On y arrive après quelques centaines de mètres sur un sentier caillouteux sans merci pour la poussette que nous pilotons : pas de problème, son occupant dort sans tenir compte des cahots. Sur cette côte Sud, le littoral a des airs d'Ecosse avec ses falaises, sa lande et ses oiseaux marins. Nous obliquons vers le GR qui fait le tour de l'île. Le chemin est plus praticable par ici et nous n'avons pas envie de faire demi-tour.

P5114894

P5114883

Etape suivante, le petit port de la Meule avec son paysage de carte postale bretonne. On retrouve ici une partie des visiteurs de la journée, attirés par l'alignement de bateaux aux noms inspirants (je me souviendrai du Glaude). Puis il est l'heure de se remettre en route vers Port Joinville à travers les bourgs de l'île. Moulins, petits sentiers herbus, résidences basses banchies à la chaux, et toujours ces vieilles voitures... Sur cette île, on se sent propulsé dans une autre dimension.

P5114916

P5114923

Mais où sont les habitants ? Nous aurons surtout vu d'autres touristes. Les islais sont bien discrets : des personnes âgées qui conduisent leur 4L, un groupe qui travaillait à construire une maison (il n'y a pas de BTP ici ?)... Sont à peu près les seules traces de vie aperçues lors de notre visite. Et puis au moment de partir avec le dernier bateau du jour, je me rends compte qu'une partie des jeunes attablés autour d'un apéro dans les bars de Port-Joinville restent là alors que nous regagnons le continent. Il y aurait une jeunesse dans ce lieu hors du temps ? Décidément, l'île d'Yeu garde pour elle bien des secrets...