Tout un programme. N. n'a pas encore un an et voici qu'une occasion exceptionnelle de retourner à Disneyland se présente. Le célèbre parc est mon voisin encombrant depuis presque 6 ans (il est difficile à oublier, entre le tchou-tchou du petit train qui arrive jusqu'à ma fenêtre et les clients AirB&B qui vont et viennent dans ma résidence), et pourtant je n'y étais pas retournée depuis à peu près autant de temps. J'étais donc contente que cette occasion se présente !

P6235080 P6235062

En bonus nous avons eu un temps splendide !

Mais avec un bébé... Est-ce une si bonne idée ? Je craignais le pire, ayant vu presque plus de parents excédés et frustrés que de familles épanouies lors de mes précédentes visites. Et puis combien d'attractions y a-t-il pour les touts petits, quand on a déjà fait un tour du côté des poupées (It's a Small World) et que la musique est partie pour nous rester en tête pendant deux jours ?

P6235056 

Verdict : à condition de faire une croix sur le grand chelem des attractions à sensation, il y a quand même franchement de quoi passer une bonne journée avec un bébé. Ce n'est finalement pas étonnant de la part d'un parc qui se veut très familial... Déjà, l'environnement (musique, ambiance) est en soi intéressant pour les touts petits, qui savent s'amuser d'un rien (et aussi dormir quand tout s'anime, allez savoir). Du côté de Fantasyland, à peu près tout est compatible avec un bébé : il n'y a qu'à voir la taille des parkings à poussettes à l'entrée des manèges. It's a Small Workd prend effectivement tout son sens avec un petit, mais il y a aussi moyen de monter sur un cheval ou dans un Dumbo, dans un petit bateau ou une mini-montagne russe (cette dernière ayant eu un succès dingue de notre côté). Certes il faut faire la queue avec bébé dans les bras, mais les temps d'attente ont été globalement raisonnables car nous ne faisions pas les must-see du parc.

P6235055

P6235037

Mais la réussite de l'expérience ne s'arrête pas là : le parc dispose d'un centre "baby care" avec micro-ondes, chaises hautes et un véritable hub de tables à langer pour les familles. Et pour calmer la frustration de ne pas pouvoir faire d'attractions à sensation, les jeunes parents peuvent aussi transformer leurs tickets fastpass en "baby switch", et passer à tour de rôle en coupant la file pour minimiser le temps global d'attente. Ca ne marche qu'une fois par jour, mais c'était suffisant pour nous permettre de tester le nouveau Star Tours.

Conclusion : on peut survivre avec un bébé à Disneyland, mais je ne garantis rien en ce qui concernent les enfants plus grands : parents énervés et enfants survoltés semblent quand même faire partie de l'ADN du parc !